چهارشنبه , ۲۷ شهریور ۱۳۹۸
برگ نخست / دسته‌بندی نشده / STATESMENTS / French / Communiqué analytique du Parti de Travail d’Iran (Toufan) : au sujet de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien (extrait)

Communiqué analytique du Parti de Travail d’Iran (Toufan) : au sujet de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien (extrait)

Communiqué analytique du Parti de Travail d’Iran (Toufan) : au sujet de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien (extrait)

21 juillet 2015

Débat sur la nécessité de l’usage de l’énergie nucléaire

De nos jours, les experts pensent qu’en matière de fourniture d’énergie et de son usage dans le monde, on ne pourrait pas se limiter uniquement à l’usage d’une seule source d’énergie et aux énergies fossiles en particulier. Depuis plusieurs dizaines d’années, l’expérience a montré que pour répondre au besoin de la production et de la consommation, il existe plusieurs source d’énergies, et le nucléaire en est une. Nous constatons que les pays impérialistes tout en modernisant leur moyens techniques de production de l’énergie nucléaire (civile et militaire) empêchent les autres pays d’acquérir le savoir technique et scientifique ainsi que les moyens industriels dans ce domaine qu’est le nucléaire afin de monopoliser les moyens de production de l‘énergie et en l’occurrence de l’énergie nucléaire à leur profit, surtout dans la perspective du marché de l’énergie. Sachant que la réserve des sources fossiles s’épuise dans quelques décennies (l’estimation varie entre 40 et 75 ans pour la dernière goutte de pétrole si son taux de consommation reste stable au niveau actuel). Ainsi on comprend mieux pourquoi certains pays veulent garder le monopole du nucléaire, car non seulement ils excluent les concurrents potentiels mais ils peuvent également maintenir leur domination mondiale.

Depuis les médias atlantistes, ils ont tenté de convaincre les intellectuels iraniens et l’opinion publique que l’Iran n’a pas besoin de l’énergie nucléaire puisque ce pays possède déjà des sources fossiles. D’autre part, ils ont tenté de faire croire que l’énergie nucléaire pour “vous, les iraniens“ est dangereux, que les iraniens ne peuvent pas contrôler les effets et les conséquences de la radioactivité… c’était une manière de dire que les pays comme l’Iran ne sont pas assez majeurs pour pouvoir mériter la production de l’énergie nucléaire. Donc, tout cela veut dire que l’Iran devrait rester un client de l’énergie nucléaire des pays producteurs, et devrait payer le prix fort pour satisfaire ses besoins énergétiques tout en restant un obéissant vassal pour ceux qui commandent le monde jusqu’à la fin des temps.

Les véritables maîtres des centrales nucléaires ont toujours parlé avec le jeu de langage de l‘empire. Les agents de l’impérialisme ou bien ceux-là mêmes qui se sont roulés dans le bain du complot impérialiste par erreur, répètent la même chose. En effet, le problème de ces derniers ne réside pas dans l’ignorance scientifique ou technique, mais ils ne connaissent pas la nature de l’impérialisme.

Du point de vue de notre parti eu égard au fait que la fin de l’énergie fossile s’approche, il faudrait bien de nouvelles sources d’énergies, et toutes les nations du monde pourraient avoir le droit d’y accéder aussi bien au niveau de la maîtrise du savoir technique que du moyen de production. D’autre part, dans notre pays, l’Iran, contrairement à des pays comme l’Allemagne, le Japon, la France, l’Angleterre… non seulement il existe des mines d’uranium, mais le pays est aussi assez vaste pour contenir des déchets nucléaires…

Au sujet des déchets nucléaires, nos savoirs actuels ne nous permettent pas de dire s’ils sont réutilisables, mais ce qui est certain, c’est que la fin de l’énergie fossile est définitive, alors qu’on utilise le pétrole dans tous les domaines industriels y compris les industries pharmaceutique et alimentaire. C’est pourquoi, les puissants pays impérialistes tentent de créer des réserves à partir du pétrole bon marché, tout en utilisant de l’énergie nucléaire.

Dans ce paysage de la fin du pétrole (voire de la fin de toute une civilisation pétrolière), ces mêmes pays avides du pétrole, demandent qu’on leur vende du pétrole en échange de pastilles combustibles qu’ils produisent dans les centrales nucléaires de leurs propres pays. Un tel échange signifie tout simplement la fin de l’indépendance du pays acheteur de pastilles combustibles, ce qui veut dire également que la quantité d’énergie nucléaire que le pays acheteur doit consommer dépendrait aussi de la décision du pays qui le produit.

On doit savoir que l’Iran est un pays où on ressent de plus en plus un manque d’eau potable, mais aussi la gestion et l’usage de l’eau en agriculture rencontre de sérieux problèmes. Donc, l’Iran plus que beaucoup d’autres pays aurait besoin de l’énergie en quantité pour pouvoir transformer les eaux salées des mers dans le sud et dans le nord du pays en eau potable ainsi que pour l’usage des fermiers. Donc, notre parti pense que le fait de renoncer à l’usage de l’énergie nucléaire et la fermeture de l’industrie nucléaire en Iran serait une catastrophe nationale, manque de nourriture et l’exode massif de la population… finira par faire payer la nouvelle génération au prix fort, causera plus que jamais la propagation de la superstition, ainsi que l’hostilité envers de civilisation, science et culture…

Opposition faribole et sans perspective

Le Parti de Travail d’Iran (Toufan) est la seule organisation iranienne qui a approuvé l’importance des efforts industriels au niveau de la production de l’énergie nucléaire en Iran depuis plus de 12 ans, tout en faisant face aux médias mensonges et aux attaques impérialistes ainsi qu’aux dérives d’une partie des oppositions iraniennes qui n’inspirent pas la confiance pour ce qu’elles prétendent d’être. Il est aussi bien vrai qu‘un certain nombre des gens par manque d‘information exacte se trouvent dans l’incapacité de voir claire, et tombent le plus souvent dans le piège des médias mensonges.

Ces oppositions qui sont en partie pro-américains et pro-israéliens, sont des ennemis du peuple iranien. Mais il existe une autre fraction des oppositions qui nous semblent un peu égarées se rangeant sous la bannière de la gauche bariolée <<internationaliste>>, <<antinationaliste>>,<< anti-Iran>>, et du coup s’opposent directement aux intérêts nationaux. Autrement dit, la logique de ces oppositions gauchistes va de la prétendue lutte contre la République Islamique jusqu’à la destruction du pays. Cette opposition comme les faux tenants de la gauche se débarrassant du principe dialectique qui demande nécessairement une définition précise de la condition concrète, fait passer tous les gouvernements du monde comme les vassaux de l’impérialisme, tout comme la défense des intérêts nationaux qui s’effrite entre leurs doigts pour verser du côté du <<nationalisme iranien>> à répudier. Pourtant, ces figurants de la gauche reconnaissent pour tous les pays du monde le principe du droit de la défense des intérêts nationaux, mais à leurs yeux cette démarche ne concernera pas du tout l‘Iran.

L’histoire de cette opposition a commencé essentiellement avec ses contestations — au niveau mondial — contre le programme nucléaire iranien et ainsi elle se range du côté des impérialistes et des sionistes, parle de la <<dangereuse bombe atomique iranienne>> tout en affirmant que si les clergés islamiques accèdent à la bombe atomique, ils l’utiliseront contre le peuple iranien. Ce genre d’affabulation qui s’inspirait dès le départ du jeu du langage des impérialistes largement répandu dans les médias dominants sur le plan mondial était le comble de la pratique démagogique chez cette opposition le lieu même où se manifestait la preuve de leur ignorance politique et scientifique car elle était incapable de faire un bilan critique de sa propre histoire et nous présenter, à nous les iranien sur quoi elle se basait pour affirmer une telle vérité de teille et dans quel but elle s’est lancée dans cette campagne de propagande fabriquée de toutes pièces contre l‘Iran et sa bombe atomique hypothétique qui n’a jamais existée réellement.

Du point de vue de notre parti, toutes les organisations politiques iraniennes devraient être claires quant au programme nucléaire, et devraient expliquer aux gens ce qu’elles en feront une fois qu’elles sont arrivées au pouvoir, et quel est leur propre choix indépendant dans le domaine du nucléaire.

Donc, ces organisations qui n’ont aucun projet et aucune vision claire au niveau du nucléaire, celles qui ne savent pas ce qu’elles veulent, et ne présentent aucune critique sérieuse dans l’intérêt du peuple n’ont pas le droit de dire quoi que ce soit d’autre.

Même l’impérialisme américain a confirmé à plusieurs reprises que l’Iran n’a pas la bombe atomique. Dans le même sens, 9 services secrets américains ont affirmé que l’Iran ne fabrique pas la bombe atomique, et John Kerry lui-même lors des conférences de Lausanne et de Vienne a confirmé clairement que l’Iran ne possède pas la bombe. Pourtant, certaines organisations iraniennes prétendaient toujours d’avoir même localisé l’endroit où les bombes atomiques iraniennes sont cachées ; dans leurs journaux ils publiaient des articles en quantité pour exprimer leurs inquiétudes au sujet des déchets nucléaires de centrale nucléaire de Boucher sous prétexte qu’il existe un éventuel danger de type Tchernobyl criaient haut et fort la fermeture immédiate des installations nucléaires iraniennes.

Ces organisations corrompues sont allées encore plus loin dans la déformation fantaisiste des faits lors des assassinats des scientifiques iraniens, et tout d’abord elles ont nié qu’une telle tentative terroriste puisse être l’œuvre d’Israël, ensuite par un tour de passe-passe dans l’interprétation des faits, ils tentaient d’expliquer que la République Islamique était à l’origine de la mort de ses propres agents du nucléaire. Tout cela nous montre clairement que cette opposition non seulement n’a pas une conception constructive du nucléaire mais elle est sans aucun doute au service des intérêts des impérialistes et des sionistes.

Effectivement, les tenants de la critique vis à vis des accords de Vienne, devraient mettre en avant le droit inaliénable de l’Iran pour la production de l’énergie nucléaire, et non pas de contourner la question et de demander si l‘énergie nucléaire est nécessaire ou pas, pour l’Iran. Car les états – unis, l’Allemagne, le japon, la France, l’Angleterre, la Russie et l’Israël et tant d’autres, ont le privilège d’voir un tel droit. A moins qu’on accepte une telle dérive juridique, la loi de plus fort dans les relations internationales. Sachez que notre Parti, Parti du Travail d’Iran ( Toufan ) refuse toute version chaotique et réactionnaire de cette nature…

Pour critiquer l‘accord sur le dossier nucléaire iranien sans qu’on tombe dans un tel piège, il faut avoir les pieds sur terre et regarder la réalité en face pour éviter la fausse route et voir de quoi s’agit il réellement. Une fois le positionnement choisi face à la réalité il faut suivre les éléments clés concernant ce dossier dans le contexte actuel nous permettant de juger le cri désorientant des principaux adversaires – l’impérialisme Américain face au régime islamique d’Iran… dans la perspective des intérêts légitimes du peuple iranien et se demander jusqu’où cet accord a accrédité le droit du peuple iranien – qui par ailleurs pour ce même droit a était menacé de façon constante, les médias atlantistes à l’appui, par la sanction suprême, c’est à dire le bombardement atomique… puis jusqu‘où le régime de la République Islamique iranien avait fait preuve de la <<bienveillance révolutionnaire>> pour renoncer au droit du peuple iranien à l’endroit où l’acte de racket par les impérialistes se confirme.

 

L‘agissement du camp impérialiste, sioniste, des fractions corrompues de l‘opposition iranienne, et le camp des forces révolutionnaires à l’encontre de la technologie nucléaire iranienne

 

Ceux qui ont déjà suivi l’histoire des efforts de notre pays pour atteindre le niveau scientifique et le savoir-faire nécessaire à la production de l’énergie nucléaire, comme un droit absolu du peuple iranien ainsi que pour tous les pays du monde, connaissent plus ou moins les hauts et les bas que l’Iran a traversé depuis le début jusqu’à nos jours.

Les impérialistes, à savoir les Etats-Unis, suivis par l’Allemagne et la France ont tenté de créer des complications pour empêcher la progression au niveau de la construction de la première centrale nucléaire iranienne; par exemple, de nos jours on sait très peu sur l’affaire de l’Eurodif SA qui a avalé le capital iranien réservé au développement de sa première centrale nucléaire, ainsi que le sabotage des collaborations entre l’Iran et l’Argentine, mais aussi entre l’Iran et l’Ukraine et l’entreprise Siemens. L’annulation du contrat nucléaire avec l’Allemagne, suivie par le sabotage du contrat avec le Japon, cette hostilité envers l’Iran a fait son chemin par le refus de la vente de l’uranium 20 % destiné à la recherche à la faculté de médecine de Téhéran, et pour couronner leur plan d’action, ils ont refusé les étudiants iraniens au niveau des instituts de physique nucléaire en Europe. Plus tard, ce couronnement va avoir une assise sanglante, l’Israël en connivence avec la République d‘Azerbaïdjan engageront quelques iraniens corrompus pour mener des opérations de commando dans le but de tuer des scientifiques iraniens du nucléaire. La saga anti-nucléaire iranienne continue avec la pression sur la Russie pour faire durer l’accomplissement de la centrale nucléaire, tout en créant plus de frais supplémentaires pour le compte de l’Iran. Puis en 2010, les américains ont crée le ver informatique connu sous le nom de Stas – net conçu par la NSA et en collaboration avec l’Allemagne, l’Israël pour s’attaquer aux centrifuges iraniennes. L’attaque virale a causé d’énormes dégâts dans les installations nucléaires iraniennes, et cela pouvait se terminer par une explosion de type Tchernobyl, mais heureusement la catastrophe n’a pas eu lieu à ce niveau là. Les impérialistes ont toujours jeté le bouclier devant l’Iran quand ils étaient persuadés qu’ils ne pouvaient vraiment pas aller plus loin et que la situation était maîtrisée par son adversaire.

A partir du moment où les scientifiques iraniens ont déjà maîtrisé l’ingénierie nucléaire dans le domaine de l’enrichissement de l’uranium d’abord jusqu’à 3,5 % puis jusqu’à 5 % et ensuite jusqu’à 20 % tout en créant les pastilles combustibles nucléaires, donc désormais personne ne pourrait les faire revenir en arrière, et priver les générations futures de cet héritage culturel, scientifique et technologique de notre pays. C’est ainsi que même l’assassinat désolant de quelques scientifiques iraniens par les impérialistes et les sionistes n’ont pas pu arrêter la marche de l’histoire.

C’est seulement dans cette condition que l’impérialisme a battu en retraite en reconnaissant le minimum pour l’Iran dans le domaine du nucléaire. Les ennemis du peuple iranien n’ont pas arrêté de comploter pour endiguer la démarche des scientifiques iraniens pour maîtriser la technologie nucléaire. Mais les ennemis du peuple iranien n’ont pas réussi à stopper le progrès scientifique et technologique du peuple iranien, mais leur arrogance ne leur permet pas d’accepter cette réussite du peuple iranien, c’est pourquoi ils vont changer de méthode, et à l’avenir nous devons prévoir des agissements destructeurs de leur part. Nous sommes tout à fait conscients du fait que les impérialistes ne pardonneront jamais cette avancée scientifique et technique du peuple iranien dans le domaine du nucléaire mais non plus dans n’importe quel autre domaine, et à l’avenir procéderont par la destruction de notre pays.

La reconnaissance de la part des impérialistes d’une activité minimale dans le domaine nucléaire pour l‘Iran n’est qu’une retraite provisoire. La politique destructrice des impérialistes vise encore à endiguer les progrès techniques en Iran pour lesquels le peuple iranien a engagé des frais gigantesques.

Mais nous savons, et nous sommes conscients du fait que seul le pays qui résiste et ne se laisse pas intimider par les oppresseurs, et qui paie le prix qu’il faut, mérite d’être indépendant.

Notre parti défend les droits légitimes du peuple iranien. Pour nous, ce sont les générations futures qui comptent et non pas le régime iranien qui est éphémère de toute façon. Les régimes viennent et s’en vont, mais l’Iran reste, ainsi que ses héritages culturels et scientifiques.

Notre parti, le Parti de Travail d’Iran (Toufan) estime que la technologie nucléaire est une nécessité incontournable pour tout progrès industriel et pour la civilisation humaine, comme les sciences d’aujourd’hui l’attestent ; c’est une avancée scientifique et technique de l’humanité indispensable pour le temps présent mais aussi pour l’avenir. L’effort constant des pays industriels pour marquer les avancées technologiques dans le domaine du nucléaire approuve indubitablement ce que nous venons de confirmer à ce sujet.

En position de faiblesse dans les négociations

Le gouvernement capitaliste de la République Islamique s’est lancé dans les négociations alors qu’il se trouvait dans une mauvaise passe. Il s’agit de la répétition historique d’un geste mortel assez connu en tout cas chez nous : à un moment donné, Khomeiny devait boire le verre de poison, et il en a bu, mais il a fait preuve d’une prévoyance prodigieuse gratifiante en laissant la moitié de son verre comme l’héritage pour les autres dirigeants de la République Islamique, afin qu’ils puissent en prendre part avec<< la bienveillance révolutionnaire>>   jusqu’à la dernière goutte dans la négociation avec les Etats-Unis.

Le Grand Satan par un seul coup de maître s’est vu transformé en un ange sauveur d’âme perdu. En réalité, sur le terrain ce régime a déjà perdu ses cartes maîtresses dans le jeu aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur à travers le monde. Désormais, il joue pour sa propre survie mais en compromettant les intérêts nationaux iraniens afin d’obtenir un arrangement qui de notre point de vue ne pouvait être que désolant.

Le régime islamique iranien s’est présenté autour de la table de négociation au moment où il était sur le plan politique et militaire en position de faiblesse et que ses influences avaient été fortement diminuées sur le terrain en Syrie, au Liban, en Palestine, en Irak, en Afghanistan, au Yémen … il en est de même au niveau de ses relations diplomatiques avec les pays latino-américains.

Tous les pays réactionnaires de la région avec la Turquie en leadership, l‘Arabie Saoudite et Israël ont constitué une coalition importante contre l’Iran, et tentent de créer des zones de tensions sur les frontières iraniennes à l‘est et l’ouest, tout en soutenant les nationalistes-chauvinistes, les séparatistes, les oppositions corrompues. Chaque année plusieurs centaines de gardes frontières et de soldats iraniens sont tués dans des attaques surprises par des fractions armées diverses. Le monopole des propagandes anti-Iran est géré par les agents israéliens qui savent parler et écrire en langue persane, par exemple, Monsieur Menashe Amir, un agent de Mossad, qui écrit souvent dans les publications et les sites des oppositions iraniennes corrompues et joue le rôle de coordinateur dans le projet de propagande anti-Iran. D’autre part, le média mensonge organisé contre l’Iran est accompagné par des interventions techniques et satellitaires afin de diminuer la capacité de la censure et du contrôle iranien.

Les sanctions illégitimes et l’encerclement économique, politique, culturel et en particulier financier de l’Iran ont fortement atteint l’économie du régime islamique de sorte qu’il était obligé (pour sauver sa propre peau) de mettre le poids de cette crise destructrice sur le dos du peuple iranien, en particulier ce sont les plus faibles et les plus opprimés qui subissent davantage les conséquences de cette politique. Les familles bénéficiaires d’une rente assurée par le régime, ou les pirates de mer et de terre qui font profiter les dirigeants — tous ont des comptes en banque à l’étranger — par des saccages de biens publics et des ressources naturelles du pays, ces gens là ne ressentent absolument pas le poids de la vie quotidienne que la crise et les sanctions de toutes sortes imposent au plus grand nombre des citoyens.

Cette situation de crise créée par les sanctions inhumaines qui n’apportent que du chômage massif et de la pauvreté extrême, chemin faisant aboutissent à une vague de mécontentement social généralisé à l’intérieur du pays, affaiblit les assises du régime au niveau des masses populaires. Désormais, le régime islamique ne peut compter que sur ses propres membres qui participent au pouvoir et une minorité rentière, et d’autre part craint fortement la résistance et la lutte du peuple iranien. C’est ainsi qu’il procède dès à présent par la répression massive et tout d’abord par le contrôle des médias en faisant taire les critiques et ceux qui mettent en cause la légitimité et la continuité du règne de ce régime capitaliste.

Le régime de la République Islamique d’Iran tente de sauver son règne, donc des notions telles que la sauvegarde de l’indépendance et les intérêts nationaux sont relégués au second plan.

Rien de tout cela ne reste caché aux yeux de personne, surtout les pays impérialistes et leur leadership américain sont eux-mêmes à l’origine de cette situation et par leurs services de renseignement savent exactement ce qui se passe dans les zones les plus sombres du régime islamique. Par exemple, ils ont tous les renseignements nécessaires au sujet des comptes en banque des dirigeants à l’étranger, ou bien qui a payé les frais des études du fils de Monsieur Atta ollah Mohadjerani, vice premier ministre parlementaire à l’époque de Mir Hossein Moussavi, vice président de la république à l’époque de Rafsandjani, le membre du conseil législatif de l’audio-visuel mais aussi ministre de la Culture et de l’Orientation islamique à l’époque de l’ancien président Mohammad Khatami ? C’est l’Arabie Saoudite. Donc, nous constatons que les Etats-Unis disposent des leviers en quantité pour s’en servir qui se trouvent à l’intérieur même de l’équipe gouvernemental iranien. Ainsi, nous pouvons aussi tout au moins deviner que le taux d’éventualité des opérations d’espionnage par les Etats-Unis sur le territoire iranien est assez élevé et ne serait plus qu‘un secret de polichinelle.

L’impérialisme américain a créé des bases militaires tout autour des frontières iraniennes et procède par des provocations dans les eaux du golf persique et en faisant planer ses dorons dans le ciel iranien pour espionner, tout en soutenant des groupes armées pour mener des opérations terroristes dans les zones frontières iraniennes, mais aussi à l’intérieur du pays.

La création de groupe terroriste connu sous le nom de <<daesh>>qui ne pouvait exister que   par le soutien de l’Otan, avant tout visait à réduire l’influence iranienne pour dégager la voie à la réalisation des politiques stratégiques du nouvel ordre mondial dans la région. Donc, l’impérialisme afin de mettre l’Iran sous la pression s’est engagé fortement sur la voie du terrorisme.

Le régime islamique iranien est allé à la table de négociation avec les Etats-Unis, tandis qu’il faisait face à une vague de mécontentement généralisé en Iran, donc la défaite de l’Iran au niveau des accords de Vienne était déjà prévisible.

Le compromis sur le principe de la souveraineté nationale

La République Capitaliste Islamique d’Iran dés le début prétendait à juste titre que l’enrichissement de l’uranium est un droit légitime et indubitable du peuple iranien.

A l’époque on disait que la maîtrise de la technologie nucléaire dans notre monde actuel serait indubitablement une nécessité pour les nations en voie de développement, ainsi que pour rattraper leur retard par rapport aux autres pays technologiquement avancés. Ce droit indubitable concerne tous les pays du monde y compris le peuple iranien, c‘est écrit noir sur blanc sur les pages du Traité de non-prolifération des armes nucléaires dont l’Iran est l‘un des signataires.

Le respect de ce droit, la construction de la centrale nucléaire et la maîtrise scientifique et technologique dans le domaine du nucléaire pour le pays candidat, en principe devrait impliquer l’intérêt et le soutien de l’Agence internationale de l’énergie atomique, en conformité avec les principes en vigueur dudit Traité. Mais ce qui s’est passé dans l’affaire du nucléaire iranienne sur son point d’articulation avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, nous expose un autre tableau presque inouï dans l’art de la crapulerie étonnamment immonde que nous essayons ici d’en tracer quelques traits essentiels. L’Agence internationale de l’énergie atomique non seulement se refuse à apporter son aide pour l’Iran signataire du Traité de non-prolifération des armes nucléaires, mais elle va divulguer les noms des scientifiques nucléaires iraniens à l’extérieur, et c’est ainsi qu’elle accomplira sa tâche non pas en tant que <<L’Agence…>> mais en tant que l’Agence de renseignement au sein d’un plan de route destiné à l’assassinat des scientifiques iraniens du nucléaire…

Donc, l’Agence internationale de l’énergie atomique semble s’éloigner un peu de sa tâche et de ses responsabilités, et de ce pourquoi elle a été créée : encore une fois, elle se refuse également de visiter les arsenaux nucléaires du monde pour en évaluer leurs puissances destructrices et la menace qu’ils constituent pour la terre entière. On ne sait pourquoi ne vient à l’idée de l’Agence internationale de l’énergie atomique d’aller faire un tour dans l’arsenal nucléaire d’Israël qui est connu comme un pays colonisateur occupant des territoires de ses voisins à sa guise et dangereux pour la paix dans le monde.

L’Agence internationale de l’énergie atomique, en réalité c’est la main longue de l’impérialisme américain et elle fonctionne comme telle, c’est pourquoi elle refuse le droit indubitable du peuple iranien dans l’utilisation pacifique de l‘énergie nucléaire.

Tous les pays membres du Traité de non-prolifération des armes nucléaires ont le droit à l’utilisation du nucléaire et peuvent bénéficier de l’assistance de l’Agence internationale de l’énergie atomique, sans aucune autre condition supplémentaire à ce qu’ils ont signé, sans aucun accord ultérieur en post-scriptum dudit Traité. Mais les impérialistes ont taillé des règles exceptionnelles pour l’Iran. Soit pour pouvoir bénéficier de ce droit inaliénable, l’Iran serait le seul pays au monde qui devrait obtenir la permission des dirigeants des pays membres du groupe 5+1 et des sionistes. En outre, en vertu de la permission délivrée de leur part, elle sera toujours provisoire, nébuleuse, non précise, sans aucune perspective, voire même avec un contour toujours incertain…

A notre avis, le fait même d’aller négocier avec le groupe 5+1 pour un droit légitime qui avait été internationalement accrédité, ce n’était pas raisonnable et on ne peut pas l’expliquer uniquement comme l’illustration d‘une certaine faiblesse de la part d’Iran, et cela signifie également que l’Iran capitule.

ue veut dire l’accord mutuel ?

Le président des Etats-Unis Barak Obama dès son premier discours officiel à la Maison Blanche, contrairement à ceux et certains qui tentaient de nous rouler dans la farine avec le sourire aux lèvres et pour nous faire croire qu’il s‘agit d’une victoire iranienne, a souligné explicitement que <<cet accord est fondé sur la vérification et non pas sur la confiance >>.

On a eu un peu de mal à nommer un tel accord comme un accord mutuel, il ressemble plutôt à un document de la capitulation d’Iran. L’accord dont il s’agit est destiné, adopté pour légitimer la vérification des affaires iraniennes sur le territoire iranien. Le fait de signer ce document par l’Iran, c’est laisser l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, en tant que main longue de l’impérialisme américain, procéder par des visites surprises, et non pas de rendre les biens bloqués du peuple iranien…

Le document qui a été rédigé pour adopter un système de surveillance sur un pays, ne peut certainement pas être l’objet de l’accord des deux côtés, sauf si on admet que la République Islamique aurait reconnu que l’Iran n’a aucun droit et que par ses propres actes aurait commis une infraction grave au droit international, et aurait mis le monde entier en danger d’une guerre imminente et de menacer la paix dans le monde, donc désormais il doit accepter la honte d’être vérifié par… et parce que le monde n’a plus confiance en lui. Comme si ce n’était pas Reagan, Bush, Obama qui ont déclenché des guerres à travers le monde, avec la théorie du << Chaos Constructif>> à l’appui.

Quand on lit le document concernant << l’accord >>, on saisit tout de suite l’esprit qui y plane : << Si l’Iran triche, le monde le saura >>, c’est cela <<le bon accord>>, il s’agit belle et bien <<d’un accord pour un régime de transparence et les inspections les plus approfondies jamais négociées dans l’histoire des programmes nucléaires.>>, dit Obama.

Dans cet accord historique tout est rédigé en fonction de la volonté de l’impérialisme américain, et rien n’est certain et que les américains pourraient interpréter les faits comme ça leur chante, à tout moment, et l’Iran reste sans aucune assise. Les Etats-Unis regardent l’Iran d’en haut, et l’Iran devrait se conduire selon les commandes délivrées par l’impérialisme américain : << Si l’Iran triche, le monde le saura >>

L’invention d’un nouveau Règlement mondial

Nous le savons déjà, nous les iraniens, que l’impérialisme américain mène son stratégie circonstanciel par la Force, qu’il impose sa volonté non seulement aux peules dans tous le coin du monde, mais aussi à ses rivaux impérialistes. Se sentant comme le seul législateur dans le monde actuel, il a poussé le conseil de sécurité des nations – unis de rédiger et ratifier des résolutions illégales contre un pays souverain, l’Iran. Suivant l’ordre de celui-ci, le conseil de sécurité a violer et bafouer ouvertement le droit reconnu de notre peuple qu’il puisse utiliser l’énergie nucléaire pour ses besoins civil, comme tous les pays signataires le traité de non prolifération nucléaire, en contournant le règlement courant au sein des nations – unis. L’agence internationale de l’énergie nucléaire, comme le Bra tendue de l’impérialisme American, main dans la main avec Israël, elles ont joués un Rolle essentiel pour que le dossier nucléaire iranien, un dossier fabriqué et falsifié, de A à Z sur le sujet concernant les bombes atomiques imaginaires et fictives iraniennes, propager ainsi par les Medias occidentaux et l’opposition vendue iranienne, soit transféré et traité au conseil de sécurité…

N’oublions pas que toutes les résolutions illégales de conseil de sécurité contre notre pays ont été rédigées et ratifiées avec la complicité volontaire de la Russie et de la chine populaire. Depuis lors, c’est officiel, puisse que les impérialistes, l’ensemble des composants de groupe 5+1 ont piétinés ouvertement le droit de chacun des Nation pour le profit de capital mondialisé au nom de conseil de sécurité des Nations – Unis, l’impérialisme américain a le dernier mot… non seulement sur le dossier nucléaire iranien, mais sur tous les dossiers conflictuels de caractères national ou international. C’est lui seule qui juge n’importe qui, n’importe quoi et n’importe quant, contrôle tout, y compris les institutions internationales comme Nations – Unis avec ses filiales dispersées dans différents pays, voir même le conseil de sécurité…

 L’espionnage impérialiste-sioniste en Iran

 A l’origine, l’agence internationale de l’énergie atomique devrait surveiller au niveau de l’application de l’accord de non prolifération nucléaire et le respect des engagements de la part des pays signataires. Mais les Etats signataires, ils sont aussi souverains dans leur pays respectifs – un élément capital qui conditionne la démarche de cet agence internationale dans chacun de ces pays souverains…nous permettant de la juger sur ses actes et ses positions parfois contradictoires comme la main tendue de l’impérialisme américain et très proche d’Israël…

En réalité, l’Iran épuisé sous la présidence de Khatami en collaboration d’un certain Monsieur Rohani, actuel président d’Iran, avait signé et accepté secrètement un traité mystérieux réputé additionnel – mais jamais ratifié au parlement islamique à l’époque. Effectivement, ce traité additionnel était préparé par le groupe 5+1 spécialement pour l’Iran.

Car même si tous l’Etats membres du groupe 5+1, possédaient une industrie nucléaire ultra moderne, civile et militaire couronnée par une réserve des têtes nucléaires en quantité capable de détruire plusieurs fois la terre entière (a l’exception de l’Allemagne) … ne l’avaient pas signé.

Bizarrement, le gouvernement actuel d’Iran, sous la présidence de Rohani, signataire de traité additionnel lui-même, essai de faire ratifier ce même traité sans dévoiler son véritable contenu au peuple iranien…    

Comme d’habitude, certains membres privilégiés au sommet de l’Etat islamique étaient au courant, connaissaient bien le contenu de ce traité mystérieux qui visait directement les intérêts vitaux de l’Iran voire même l’indépendance de notre pays épuisé déjà par les sanctions illégales…

Ce traité était si honteux que Khamenei, Gide suprême du régime capitaliste-islamique en place, ne voulait pas le bénir. , et c’est lui-même qui a commencé de critiquer ce traité additionnel. Car, ce traité additionnel autorisait l’agence internationale de l’énergie nucléaire de contrôler non seulement les installations nucléaires iraniennes, mais aussi toutes les infrastructures industrielles et les bases militaires en Iran

Retrait sur le térrain de l’enseignement technologique

et du développement industriel

Dans l’accord affiché sur le dossier nucléaire iranien on voit que l’Iran devrait désormais subir une certaine restriction au niveau de ses activités nucléaires. Ceci se confirme dans la satisfaction générale chez les Etats membres du conseil de sécurité. Donc, il est certain que cette restriction imposée mettra le développement industriel et surtout industrie nucléaire de l’Iran en péril…

Notre parti, le parti du Travail d’Iran a la conscience claire du fait que l’impérialisme ne mérite pas du tout la confiance des peuples et que l’impérialisme américain ne respecte jamais les règles et les traités internationaux… pour toutes ces raisons notre Parti refuse catégoriquement cet accord imposé par la force, complétés par les sanctions successives et illégale qui est aussi en contradiction totale avec l’accord de non prolifération nucléaire et qui vise par voix de conséquence à nuire l’indépendance, et la souveraineté nationale de notre pays…

 

La concurrence nucléaire au Moyen-Orient comme prétexte

 Pour passer outre le droit du peuple iranien quant à l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, les médias atlantistes suivis comme toujours par certaines fractions des oppositions iraniennes, tentent d’avancer l’hypothèse suivante : si l’Iran fait preuve de zèle dans la recherche nucléaire, cela pourrait déclencher une concurrence régionale au niveau des armes nucléaires.

Mais que peut-on dire à ce sujet ? Premièrement, si les pays impérialistes avaient vraiment peur de la concurrence dans le domaine des armes nucléaires au niveau mondial, et s’ils voulaient vraiment un monde sans bombe atomique, eux-mêmes auraient pu prendre l’initiative afin de stopper ce processus, mais ils ne l’ont pas fait. Or, cette argumentation hypothétique et rédhibitoire d’apparence pacifiste à l’encontre du nucléaire iranien, ne fonctionne pas dans son articulation avec l’épreuve de la réalité objective concernant le nucléaire militaire dans le monde actuel.

Deuxièmement, nous comprendrons un peu plus l‘insolvabilité de cette hypothèse quant à la disposition d’armes nucléaires israéliens sur l’échiquier mondial. Contrairement à l’Iran qui n’a pas d’armes atomiques, l’Israël possède plus ou moins 300 têtes nucléaires et cette quantité d’armes nucléaires aurait dû provoquer une concurrence nucléaire régionale.

Mais un tel évènement ne s’est pas produit, c’est à dire malgré les bombes atomiques israéliennes, la Turquie, l’Arabie saoudite et l‘Egypte n’ont pas tenté de se nucléariser sur le plan militaire, et sans oublier que l’Inde et le Pakistan qui sont eux aussi des puissances atomiques, et là encore une fois, nous constatons que cela non plus n’a pas provoqué une course aux armements nucléaires dans la région comme les tenants de ladite hypothèse prétendent.

C’est cette même contradiction qui dévoile au grand jour le fond de la politique hypocrite de l’impérialisme américain dont le souci principal n’est pas la bombe iranienne (inexistant en réalité) et son prétendu danger pour la paix mondial, mais c’est bien la lutte des peuples pour leur émancipation, leur indépendance et pour se libérer de la domination de l’impérialisme. La fable fantasmatique de la bombe atomique largement médiatisée qui était destinée à la préparation de l’opinion publique à travers le monde afin que le passage à l’acte final par les impérialistes paraisse plausible, ne serait compréhensible que quand nous la considérons du point de vue de la lutte anti-impérialiste de notre peuple.

Le retrait des Etats-Unis de la politique traditionnelle vers une nouvelle méthode

Jusqu’à présent la politique de l’impérialisme américain appelait au renversement du régime islamique d’Iran, par ailleurs son objectif était de lier de destin du nucléaire iranien à celui de sa politique dans la région. Les américains se sont exprimés à plusieurs occasions au sujet de la négociation avec l’Iran qui ne se limite pas au problème nucléaire, mais il s’agit d’un paquet. Donc nous constatons qu’au moins de leur côté tout un pan de la négociation concerne la sécurité d’Israël qui devrait être assurée.

Mais certains évènements récents témoignent que l’Iran n’entend pas de cette oreille-là et ne reculera pas d’une semelle devant l’Etat d’Israël, et se limite exclusivement à la question de l’industrie nucléaire et de l’enrichissement de l’uranium. En conséquence, Ali Khamenei dans son discours à l’occasion de la fête religieuse du dernier jour du mois sacré de ramadan pour les musulmans a précisément dit : <<La République Islamique ne capitule pas devant les demandes excessives et l‘arrogance de l’ennemi>>; ainsi il soulignait les demandes excessives et les propositions incongrues des Etats-Unis lors de la conférence de Lausanne que l’Iran n’a pas accepté. Il a également averti que malgré l’accord sur le nucléaire conclu avec les grandes puissances : << Que ce texte soit ratifié ou non, nous ne retirerons pas notre soutien à nos amis dans la région, que ce soit le peuple palestinien opprimé, le peuple opprimé de Yémen, le peuple et le gouvernement syriens, le peuple et le gouvernement irakiens, le peuple opprimé de Bahreïn ou les combattants sincères de la résistance au Liban et en Palestine, ils bénéficient tous de notre soutien…>> .

L’impérialisme américain dans une alliance avec les pays de la région, en renforçant les forces militaires de l’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, et l’agression contre la Syrie et le Yémen et le massacre du peuple palestinien à Gaza par le régime sioniste, ainsi en créant le groupe terroriste nommé <<daesh>>, tentait de comploter contre l’Iran afin de l’obliger à s’agenouiller au niveau de la décision dans sa politique étrangère.

Lors de la conférence de Lausanne, l’impérialisme américain a imposé ses règles auto-justifiées à l’Iran et par rapport à l’accord de Lausanne, il voulait de toute façon obtenir la reddition inconditionnelle de l’Iran. Cette démarche politique démesurée et arrogante des Etats-Unis n’avait pas été soutenu ni par la Chine, ni la Russie et ni les pays européens qui voulaient la levée des sanctions pour rétablir leurs relations commerciales afin de remédier à leur propre crise interne qui découle des effets de leur intervention dans des affaires internes de l’Ukraine ainsi qu‘au niveau de la faillite de la Grèce.

Surtout, avec la reddition de l’Iran au sujet du dossier nucléaire, les européens, évidemment à cause de leurs propres intérêts, ne voulaient plus que le blocus actuel, continue de s’éterniser davantage. En plus, la politique des Etats–Unis pour renverser le régime de Bachar Assad n’a pas tenu sa promesse et le fruit écarlate et d’aspect très appétissant que les médias atlantistes miroitaient aux yeux du monde entier, après tout, et après des années s’avère pourri et sert à des êtres inqualifiables… alors que les pays comme l’Arabie saoudite, la Turquie, la Jordanie, la Tunisie, la Libye, l’Egypte et bien d’autres pays arabes peinaient à faire face à cette crise qui venait frapper à leur propre porte. Il en est de même pour les pays qui ont joué avec la carte du terrorisme, et il semble désormais qu‘il leur faudrait gérer les conséquences néfastes de cette politique meurtrière sur leur propre territoire. Cette crise continue sa route et personne ne sait où et quand et comment elle va s’arrêter.

Les apprentis terroristes envoyés en Syrie pour détruire, tuer ou être tués, retournent dans leur propre pays d’origine, en France, en Angleterre, en Allemagne, en Belgique etc… Maintenant, ces apprentis terroristes d’antan, et les terroristes aguerris d’aujourd’hui sont soupçonnés de préparer des coups dans leurs propres pays.

La continuité de cette situation contenait des dangers considérables pour la région et le plan de route initial qui visait à réduire l’influence iranienne, dans sa continuité n‘a pas donné le résultat qu‘on escomptait, tout au contraire, l’Iran est devenu une puissance sur qui comptait si on voulait une stabilité régionale. Ce n’était pas l’Iran qui était en train de perdre de l’altitude, mais c’était bien l’Arabie Saoudite qui faisait la chute libre aussi bien sur le plan intérieur qu’extérieur, et de ce fait les autres pays arabes s’éloignaient de lui. Les Emirats arabes unis, le Qatar, l’Oman peu à peu ont commencé à coopérer avec l’Iran, et cela était un coup dur pour les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite dans la région.

Seyyed Ali Khamenei dans ledit discours remis les pendules à l’heure sur le pré–accord nucléaire et affirme que l’Iran ne permettra pas les visites de ses installations militaires et il a affirmé que : <<Comme nous l’avons déjà dit à maintes reprises, nous ne négocions pas avec les américains sur les divers sujets internationaux ou régionaux, il n’y a aucune négociation sur les questions bilatérales, parfois, sur des sujets exceptionnels; comme sur le nucléaire et pour l’intérêt supérieur, nous avons négocié. Les politiques que mènent les américains dans la région et les politiques que la République Islamique mène dans la région sont opposées à 180°…>>.

Pour contrer la politique démesurée des Etats-Unis, la résistance iranienne a été soutenue par la Russie, la Chine et des pays européens, surtout l’Allemagne.

Le retour des terroristes dans les pays européens, les flux des réfugiés venants des pays en guerre du Moyen-Orient provoquant des crises humanitaires avec les effets déstabilisateurs dans les pays d’accueil en Europe, tout cela a permis à la Russie d’affirmer explicitement que les crises du Moyen-Orient devraient trouver son issue avec sa participation active.

Le ministre des affaires étrangères de la Russie a affirmé que la crise américano-iranienne sur le sujet du nucléaire iranien a été résolue par la collaboration de la Russie, il en sera de même pour les problèmes concernant la Syrie. Sans la Russie, les efforts américains pour résoudre ses conflits avec l’Iran sur le sujet de la sécurité d’Israël n’ont pas abouti, en tout cas, jusqu’à présent le résultat n’est qu’un grand échec.

Les alliés des Etats-Unis sont tombés un par un, et Israël est mécontent parce que les Etats-Unis n’ont pas pu empêcher l’influence et la pression iraniennes dans la région, et ainsi il tente de saboter l’accord de Vienne au congrès des Etats-Unis.

Le régime capitaliste de la République Islamique en impasse

La situation actuelle en Iran restera pendant un certain temps telle quelle. La levée effective des sanctions contre l’Iran commencera au fur et à mesure par la décision de l’impérialisme américain. Mais tout d’abord, Obama devrait confirmer que l’Iran aura bien respecté ses engagements, puis il doit le faire signer par George Bush, ainsi la normalisation économique de l’Iran sera en marche et l’ombre des sanctions se dissipera peu à peu.

Mais la levée des sanctions ne signifie pas un basculement positif et réel dans la vie économique et financière de l’Iran. Les nouvelles installations industrielles, les pièces de rechange ou la flotte aérienne à acheter pour l’Iran… dans l’immédiat ne sont pas disponibles dans les hangars des pays impérialistes constructeurs, donc il faudrait un certain temps pour les fabriquer, et cela pourrait durer quelques années avant de les expédier suivant les accords…

Le déblocage des avoirs iraniens aux Etat–Unis ne signifie pas non plus que le paquet sera expédié en bonne et due forme vers l’Iran. La promesse de Gascon selon quoi les Etats-Unis vont libérer les avoirs iraniens, vont tout d’abord pour payer les revendications économiques des Etats-Unis, ensuite, l’argent bloqué sera libéré sous forme de lettre de crédit permettant à l’Iran d’acheter les marchandises américaines.

Sans aucun doute les Etats-Unis vont imposer des contrats pour enfermer le loup dans la bergerie, et pour obtenir des avantages spéciaux et <<des offres promotionnelles exclusives>> au niveau des capitaux américains, sans quoi — dans le cas de la désobéissance — ils pourront à tout moment mettre l’Iran sur la touche et ainsi réactiver les sanctions.

Si nous examinons de près l’évolution de la République Islamique en Iran, à partir du lendemain de la révolution, nous voyons qu’à cause de sa politique spécifique, elle devait constamment faire face à son isolement vis à vis du peuple iranien. La République Islamique en Iran est désormais l’objet de la plaisanterie, mais aussi de la haine universelle chez les iraniens. Le régime de la République Islamique veut gouverner à coup d’épée et de hache, et contenir le peuple par la force. C’est pourquoi elle sème la confusion au niveau de la médiatisation du texte des accords de Vienne et par crainte du dévoilement de la vérité, tente d’étouffer le débat public sur ce sujet. Cette politique de la censure et de l’étouffement médiatique est accréditée en même temps par les impérialistes, car en isolant le régime ils pourront mieux le soumettre à leur service.

La seule solution pour la République Islamique d’Iran serait de revenir sur ses positions :

Le respect des droits du peuple iranien, satisfaire leurs revendications légitimes, la liberté des organisations politiques et des syndicats, la levée de la censure sur les médias, regagner la confiance du peuple, rétablir la justice en arrêtant les pillards de l’argent public et les corrompus. Les assassins campés dans l’Etat même doivent être jugés par la justice… ce sont autant d’occasions pour la mise en œuvre des mesures raisonnables pour que la République Islamique puisse regagner le soutien du peuple tout entier. C’est avec ce soutien des masses populaires que l’Etat iranien pourrait faire face aux attaques et aux complots des impérialistes, sinon puisque la République Islamique d’Iran est tombée dans le piège, pour la sauvegarde de son pouvoir — et non pas pour le salut du peuple iranien— elle serait obligée de se ranger du côté de l’impérialisme.

Conséquences économiques des accords de Vienne

Dès à présent les capitalistes et les grandes entreprises venant du monde entier attendent leur tour pour entrer dans le marché iranien, chaque jour un groupe de représentants part en Iran dans l’espoir de faire signer un contrat juteux. La vitesse avec laquelle les projets commerciaux avancent dans différents domaines en Iran, montrent largement que les contrats sont comme déjà préparés depuis longtemps, avec un planning plus ou moins précis pour les voyages d’affaires.

Cette réalité concernant les projets commerciaux avec l’Iran témoigne qu’elle a joué certainement un rôle important, voire même un élément de pression politique et économique dans les accords de Vienne par l’Union européenne, la Russie et la Chine vis à vis des Etats-Unis.

Les investissements étrangers en Iran suite aux accords de Vienne sont suivis d’autres accords désastreux de type néolibéral déjà expérimentés en Grèce et d’autres pays comme le Portugal, l‘Espagne, etc.…

Désormais le marché iranien sera ouvert au capitalisme néo libéral qui va imposer ses lois.

La suppression des services publics, l’indisposition de l’Etat dans la sphère de la production et de la gestion du pays sont à l’ordre du jour. La coalition Rafsandjani et Ahmadi Néjad permet la marche d’un tel agenda néo libéral en Iran. Le droit de la manifestation et la contestation des salariés pour divers motifs sont tout simplement ignorés, mais par contre l’Etat indisposé, cette fois-ci redevient actif pour réprimer les ouvriers afin de garantir le maximum d’intérêts pour les capitalistes étrangers. Les investissements étrangers vont parcourir jusqu’à la base de l’économie du pays pour ne laisser que la ruine de l’activité de l‘économie locale. La vague de la privatisation commencera tout emportant les biens publics, les réserves du pétrole et du gaz, les mines de cuivre, l’eau, les routes, les centrales nucléaires, les plages des mers, etc. tout cela deviendra la propriété privée des impérialistes et une poignée d’iraniens collaborateurs. Les lois de l’Organisation mondiale du commerce, le Fonds monétaire international vont être imposées dans un pays riche comme l’Iran avec des milliards de dollars en liquide qui étaient déjà prêts à relancer le développement économique et l’achat des armes importantes, les installations industrielles, dans un secteur clé de l’industrie moderne, c’est à dire la pétrochimie, les moyens de locomotion : les avions cargos et de transport civil…

Désormais, un marché à la grandeur d’Iran est ouvert pour saccager et pour exploiter et à faire saigner la classe ouvrière et le peuple iranien. Depuis les précédents gouvernements, de Rafsandjani à Ahmadi Néjad et Rouhani, on sait ce que veut dire la politique d’austérité.

L’Iran est au seuil d’un changement rapide, après lequel les impérialistes en appliquant des politiques néo-colonialistes vont être bien servis.

Les faibles productions du pays qui souffraient déjà vont disparaître. Le terrain sera fertile pour l’exploitation des travailleurs, une main d’œuvre pas chère qui va inciter la concurrence entre des impérialistes au niveau de la division du travail et l’intérêt maximum au niveau mondial.

Il va y avoir un chambardement au niveau de la composition de l’ensemble des habitants du pouvoir, une fraction des capitalistes iraniens trouveront leur salut en se ralliant aux impérialistes, mais une autre fraction à cause de la ruine des productions locales et leur incapacité à entrer en concurrence avec les capitaux étrangers, sera en faillite.

C’est dans ce paysage que l’Etat au pouvoir intervient pour réprimer les travailleurs afin qu’ils soient exploitables dans les meilleurs conditions possibles, pour tout le bonheur des capitaux étrangers.

En effet, à la suite de ce changement rapide en Iran, nous devons nous attendre à une nouvelle configuration des classes qui se formerait dans la société iranienne. Notre prévision, au niveau des changements futures en Iran, consiste à affirmer que le mouvement anti-impérialiste à nouveau va prendre son souffle, le mouvement ouvrier aussi sera au rendez-vous avec sa propre histoire, et de nos jours il y a seulement le parti de la classe ouvrière en tant que représentant de la classe laborieuse qui porte la responsabilité de la direction de la lutte pour l‘émancipation de la classe ouvrière tout en défendant l’indépendance et l’intégrité territoriale, dans le but de la construction du socialisme.

 

Parti du Travail d’Iran ( Toufan )

21 juillet 2015

www.toufan.org

Print Friendly, PDF & Email